Plan Neige Plan Neige

#mountain, #ski, #travel, #communication, #data & more by a ski geek

Google Maps passe sa 2ème étoile4

whistler gMaps snowmobile

[Article mis à jour le 08/10/2013 : voir fin de l'article]

Le service de cartographie de la firme californienne a au début de cet hiver fait les choux gras des médias qui découvraient l’arrivée de la fonctionnalité Street View dans les montagnes françaises. Loin d’être en effet une réelle nouveauté planétaire, la surprise est plutôt venue du line-up des heureuses élues. Hautacam, Auron, Gavarnie ou encore Valfréjus côtoient Chamonix ou les 2 Alpes : voici les frontières d’un pays de Cocagne version Google. Loin de m’en offusquer, je trouve cela plutôt rafraîchissant.

En revanche, passées les dix premières minutes de balade virtuelle, on était en droit de s’interroger : and now what? Google confirme son entrée en pistes avec l’ajout à Google Maps, début février, d’une nouvelle fonctionnalité : les plans des pistes des stations de ski.

Balades virtuelles en motoneige

Alors oui, la petite dizaine de stations quadrillées par les motoneiges de Google propulsait en France la fonctionnalité sous les projecteurs. Soulignons qu’à ce petit jeu médiatique, c’est peut-être 01net qui a proposé le contenu le plus original avec reportage vidéo et interview de Luc Vincent, directeur français du programme Street View, les autres médias se complaisant trop souvent dans la paraphrase de communiqué de presse. Passons. C’était en revanche oublier 1) que Méribel a accueilli les premiers tests en 2011 et 2) surtout que les pistes de Whistler avaient été photographiées dès 2009 pour être mises en ligne à temps pour les Jeux Olympiques de Vancouver en 2010.

Street View à la neige c’est bien sympathique mais je n’ai jamais compris pourquoi Google avait mis la charrue avant les bœufs ? Je m’explique : le projet Street View n’a été déployé qu’une fois la cartographie vectorielle de Google arrivée à maturité et non l’inverse. Alors pourquoi ne pas avoir fait de même avec les domaines skiables ? Arguments.

- A titre personnel je suis fan et resterai nostalgique des plans Pierre Novat qui ont fêté leur demi-siècle l’année dernière. Mais j’estime qu’il existe aujourd’hui un besoin de plans des pistes reflétant la réalité. Nous sommes en 2013, la montagne n’a heureusement pas encore été totalement aseptisée et nous évoluons dans des espaces parfois hostiles avec souvent pour seule référence un plan des pistes papier digne d’un parchemin de chasse au trésor. En France, les seules représentations sincères se cantonnent aux tracés des remontées mécaniques fourni par l’IGN via ses cartes TOP25. Bien qu’exacts, ils sont parfois périmés car les mises à jour touristiques de l’IGN ne suivent bien entendu pas le rythme des nouveautés dans les stations. Et en ce qui concerne une éventuelle « libération » des données à la faveur d’un mouvement open data, bien que l’IGN ait fait de gros progrès, on n’en est pas encore là.

- Des outils permettant de le faire de manière « crowdsourcée » sont déjà déployés. Map Maker par Google offre la possibilité aux internautes de corriger des informations / tracés erronés. Le projet open source OpenPisteMap basé sur OpenStreetMap offre aux membres de la communauté de valoriser leurs jeux de données agrégées sur les pistes. Skimap.org tire partie de ces datasets et offre des exports en fichiers .KML visualisables notamment dans Google Earth. MapBox proposera bientôt un Map Maker-like ouvert.

- Des communautés prêtes à tirer parti de ces outils existent : citons le mapping 3D des bâtiments dans Google Maps et Earth réalisé notamment grâce à Google SketchUp mais surtout au talent des contributeurs ; citons encore le partage des traces GPS de skieurs pour réaliser OpenPisteMap ; citons enfin la communauté de geeks des remontées mécaniques qui pilote déjà une formidable base de données allant du modeste téléski jusqu’aux plus gros téléphériques.

Bref, l’urgence n’était peut être pas de proposer des balades virtuelles en motoneige, d’autant que l’investissement a l’air assez ingrat si l’on met en perspective moyens logistiques déployés et qualité de certaines photos. En effet, un des grands reproches vient d’une balance des blancs souvent douteuse.

Google Ski Maps

Une ultime fonctionnalité de gMaps, qu’on pourrait nommer de manière très originale Google Ski Maps, a fait son apparition tout début février, apportant un début de solution à ce vide. Intégrée aux différents modes de Google Maps à partir d’un certain niveau de zoom, les plans d’une quarantaine de domaines skiables nord-américains ont pris vie virtuelle grâce à elle. La nouvelle a d’abord été ébruitée par Dave – Digi Dave – Amirault, interactive marketing manager à Aspen / Snowmass (CO), dont la récente collaboration avec les équipes de Google Maps, a permis de cartographier toutes les pistes et remontées des 4 domaines d’Aspen.

Evolution attendue, bienvenue, mais qui nous laisse une fois de plus sur notre faim. Plus que l’ennui cette fois, c’est la frustration qui nous gagne tant on touche du doigt des potentiels… encore absents. Pourquoi par exemple ne pas avoir dans la foulée offert l’export du calque dans Google Earth ? Je pense que vous voyez où je veux en venir : la vue 3D siérait à merveille à ces tracés multicolores ! Si de telles applications existent déjà – on pense par exemple à Satski de l’entreprise Satsports – l’ergonomie propre à Google fait défaut.

Wish list pour un service optimum

Je suis loin d’être un spécialiste du décryptage des annonces et autres keynotes des grandes firmes technologiques, donc je ne saurais pas quoi deviner ni espérer à la lecture du post du blog officiel de gMaps. Alors quitte à me répandre ici en complaintes, je vous confie ma liste non-exhaustive de futures fonctionnalités que je souhaiterais voir intégrées à Google Maps :

- pistes et remontées « navigables » pour établir des itinéraires personnalisés
- remontées mécaniques /pistes « cliquables » pour renseigner les skieurs (horaires, affluence, informations plus techniques) ou récolter par exemple leur opinion sur une nouvelle installation
- possibilité de découvrir une piste ou revivre sa journée de ski en timelapse grâce à Street Piste View
- fonctionnalité analogue aux infos trafic déjà proposée sur Google Maps, pour informer les skieurs de l’attente aux remontées mécaniques
- calcul de kilométrages de pistes exacts et indiscutables
- mises à jour facilitées et réactives grâce à la puissance de la communauté
- et surtout : accès à toutes ces fonctionnalités hors ligne, pour pallier les zones blanches 3G encore bien nombreuses en montagne.

Cette liste est principalement customer-oriented, mais on entrevoit l’intérêt que pourraient en tirer les stations en terme de marketing et de communication.

Google, show us that you’re a firm with a Mountain View!

En attendant que tout cela arrive en France, je reste une fois de plus dubitatif quant à l’utilité en l’état du combo [Google Ski Maps + Piste View]. Google aurait mieux fait de poursuivre l’amélioration de la qualité et résolution des images satellites des zones concernées. Et pourquoi pas tant qu’à faire, de proposer des jeux d’images satellite différents en fonction des saisons. Est-ce faire justice aux stations et à Google Maps que d’afficher ce genre de photo prise à la fonte des neiges (ici à Deer Valley, Utah) ?

Deer Valley à la fonte des neiges

[MISE A JOUR 08/10/2013] Google Maps a commencé à afficher les remontées mécaniques dans quelques domaines des Alpes. Les tracés ont été « spottés » du côté de Serre-Chevalier, Valloire-Valmeinier ou encore Saint-Sorlin d’Arves.

La qualité laisse grandement à désirer, puisque dans le cas de Valloire ou Saint-Sorlin, les données ne sont pas à jour des derniers télésièges construits. La puissance du crowdsourcing n’est pas plus à démontrer, et le déploiement de données périmées (3 ans pour Saint-Sorlin) donne une forte impression d’amateurisme, Google ou pas ! Ci-dessous, un comparatif entre les données OpenStreetMap (à gauche) et Google Maps (à droite) : seul OSM est à jour des derniers télésièges 6 places de Valloire…

OSM versus Gmaps

, , ,

Derniers articles